Dans son film Macao, l’Enfer du Jeu, Jean Delannoy dépeint les casinos comme des lieux de plaisir servant de couverture respectable à des aventuriers peu scrupuleux s’enrichissant grâce au trafic d’armes pendant la guerre entre la Chine et le Japon.

Autres temps, autres mœurs…mais même passion du jeu. Le très sérieux South China Morning Post a ainsi récemment dévoilé les pratiques de blanchiment d’argent couramment utilisées à Macao pour permettre aux joueurs venant de Chine continentale de jouer toujours plus et toujours plus gros.

En effet, soumis à un strict contrôle de la part de Pékin, les citoyens chinois se rendant à Macao ne peuvent franchir la frontière qu’avec un maximum de 20.000 Rmb (2.300 euros) en liquide. Ensuite, une fois sur place, ils ne peuvent utiliser leurs cartes de retrait chinoises qu’à hauteur de 10.000 Rmb (1.150 euros) par jour.

Assurément des sommes trop peu importantes pour permettre un séjour réussi dans l’enfer du jeu…

Union Pay, la Banque à qui parler…

En pratique, les « high-roller gamblers », ces « gros joueurs insatiables » représentant les meilleurs clients des casinos, n’ont guère été affectés par ces restrictions.

Le mérite en revient à certains agents d’Union Pay – le système de paiement le plus répandu en Chine – qui, agissant de concert avec les casinos, ont mis en place un ingénieux système de fraude.

Ils ont ainsi organisé l’acheminement clandestin de nombreux distributeurs automatiques Union Pay depuis le sud de la Chine continentale vers Macao. Bien qu’installés à Macao, généralement dans l’enceinte même des casinos, ces distributeurs restaient toutefois enregistrés en Chine. Dès lors, ni vus ni connus, les joueurs chinois pouvaient faire usage de leurs cartes  pour effectuer des retraits d’argent comme s’ils se trouvaient en Chine.

Après avoir procédé à l’arrestation d’une douzaine de personnes et saisi plusieurs distributeurs Union Pay, la police a sommé les casinos de mettre fin à ces pratiques avant la 1er juillet sous peine de lourdes représailles.

Des commerçants près de chez vous

Pour autant, les spécialistes s’accordent pour dire qu’il sera difficile pour les autorités chinoises de priver les joueurs des « munitions » nécessaires pour alimenter leur passion du tapis vert.

D’ores et déjà, un nouveau système semble avoir pris le relais de l’ancien.

En effet, Macao fourmille de magasins de montres et bijoux de luxe et il est devenu courant pour les joueurs de réaliser un achat – toujours avec sa carte Union Pay – et de se le faire rembourser aussitôt en liquide…….moyennant bien entendu une légère commission perçue par le magasin.

Selon la rumeur, ce sont ces mêmes commerçants qui, mécontents de la concurrence sauvage et « déloyale » des distributeurs Union Pay clandestins, seraient à l’origine de leur dénonciation aux autorités.

Rien ne va plus !

 

Author
Ashley Mao

Contactez nous

Message

Abonnez-vous à notre Newsletter

Notre newsletter est le meilleur moyen de rester en contact avec l'actualité juridique chinoise